plans d'autoconstruction

Vous avez un projet un peu "hors-norme", c'est par ici ;-)

Modérateur : jerodada

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 02 avr. 2007 13:55

Et oui, faut de tout pour faire un monde ...
D'un autre coté, je reste persuadé que les dirigeants micros se cassent la tête inutilement et au plus grand déficit de la classe : essayer de faire rentrer dans une même jauge des micros protos dont le but est d'innover pour toujours mieux marcher avec des micros dits de série dont le but est de permettre à des courreurs de se confronter sur des supports presques identiques, avec une légère possibilité d'adaptation et le tout pour un prix de fonctionnement annuel des plus modiques, tout en restant performants et ludique ...

Je propose donc que l'on en vienne enfin à un système que je trouve plus logique : une jauge type 1977 qui définis des paramètres généraux définissant un micro et des jauges de série répondant au principe de la conformité à un bateau mère répondant aux critères de la première jauge générale. Ce qui permettrait par ailleurs d'avoir des bateaux de série de 450 kg avec des performances de haut niveau ...

La jauge proto est du type " tous ce qui n'est pas interdit est autorisé" et la jauge série est du type "tous ce qui n'est pas expréssement autorisé est interdit". Fini les jauges alambiquées où ils faut autoriser pour certains et interdire pour d'autres dans le même paragraphe.

Je pense là aussi aux régates qui se courent en interséries en hn ou en ims, sachant que les jaugeurs eet les organisateurs ne veulent pas souvent prendre nos bateaux dans leur configuration de micros. On verra bien à Cazaux dans quelques jours comment cela va se passer ...

Bon, qu'en pensez-vous ?
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Avatar du membre
Phil de Troy
Messages : 3424
Enregistré le : 24 déc. 2003 0:38
Prénom : Philippe
Bateau : Micro Proto Shanta
Localisation : Seneffe (BEL)
Contact :

Message par Phil de Troy » 02 avr. 2007 19:00

Les dirigeants de la classe Micro ont précisément pour but de laisser une certaine liberté mais en évitant que ça dérape.

Pour quelques mots wui manquent dans un texte, on se retrouve avec des aberrations, même si les régatiers ont parfois besoin de plusieurs années avant de se lâcher.

Ceci est un SPINNAKER conformément aux règles de l'IRC, et n'a pas été pénalisé en 2006, une pénalité est appliquée en 2007, mais sera-ce dissuasif ?
Image Image

Il était sans doute trop simple de prévoir, comme dans la règle Micro, que les lattes sont interdites dans les spinnakers.
Et au cas où ceci inspirerait malgré tout l'un ou l'autre d'entre vous, une règle est déjà écrite, mais pour ne pas vous assommer de modifications inutiles, elle n'a pas encore été intégrée dans les règles de classe.


Pour ce qui est de faire courir nos bateaux dans d'autres systèmes, et c'est une nécessité au niveau local / ligue, il faut aussi être vigilant, pour TOUTES les séries appartenant à la classe Micro, la mention devrait figurer en remarque sur la fiche HN, TOUTES nos grand-voiles sont pénalisables, et un spi HN selon les dimensions déclarées est 2 m² en dessous de la taille Micro...
En IMS ou ORC-Club, un Micro reçoit un certificat INVALIDE, il devrait avoir un déplacement en charge supérieur à 900 kg.
En IRC, je redoute des pénalités majeures, encore que, comme la formule est secrète, il est difficile de les évaluer.
En IMS / ORC-Club et en IRC, vous devriez en principe avoir des filières, ce qui modifie le rappel de l'équipage en vertu des Règles de Course.
Merci d'être venus si nombreux régater en Belgique depuis plus d'un tiers de siècle !
Mon (vieux) site Web personnel - Les pages de mon Micro -
Quelques pages techniques Micro - Mes dernières aventures océaniques

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 02 avr. 2007 22:09

Pour ma part, je penserais que la série micro gagnerait beaucoup en notoriété si elle était l'instigatrice de ces "nouvelles voiles" ou des nouveaux systèmes d'appendices que nous laissons inventer par d'autres séries ... Si nous ouvrions la série proto à l'innovation dans un esprit ouvert, nous serions connus comme une classe comparable à la classe 6.50 ou celle des 60' open, ou des autres classes innovantes. Il reste évident que pour la pérennité de la classe et son large développement, il faut que cette esprit d'ouverture soit accompagné par des classes de micros de séries permettant à tout un chacun de courir sur le support qui lui convient le mieux dans un cadre festif et convivial tel que le notre.

Proto = innovation tout azimut, esprit jeune et dynamique de la classe.
Série = support pérene pratiquable par le plus grand nombre à prix serré.

La troisième voie que je défend (le monotype stricte issu directement d'un proto performant) trouve naturellement sa place dans cette formule. Il ne s'agit plus que d'une série de plus ayant des performances élevées et bénéficiant d'un système de monotypie permettant un resserage des coûts par une impossibilité de faire de la surenchère à l'armement.

:wink: Il y en a pour tous les goûts, pour toutes les performances et pour toutes les bourses, le tout sur un seul et même rond ! Avec 10 à 20 bateaux par classe, on arrive à faire une classe des plus attractives. Et comme on ne prête qu'aux riches ...
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Avatar du membre
Phil de Troy
Messages : 3424
Enregistré le : 24 déc. 2003 0:38
Prénom : Philippe
Bateau : Micro Proto Shanta
Localisation : Seneffe (BEL)
Contact :

Message par Phil de Troy » 02 avr. 2007 22:42

Ce serait trop facile...

L'évolution, la recherche, sont freinés par certaine(s) nation(s) avec une flotte vieillissante qu'on veut protéger à n'importe quel prix.
La perrénité des supports, c'est ce qu'on essaye en prolongeant à tout prix la vie du Go-Neptune et du Microsail, du Ricochet 550 en Russie.

Au risque de ne pas être toujours populaire, je réaffirme qu'il y a la place pour de nouvelles séries, qui intègrent l'expérience d'un quart de siècle de proto.

Et si une nouvelle série est lancée avec mât carbone et GV à maxi-têtière, ancrer le Microsail et le Neptune dans une stricte conformité à une description de la version 1980 serait suicidaire, celà augmenterait encore le fossé entre les bateaux de pointe, protos mais aussi nouveaux bateaux de série, et précipiterait le déclin de ces séries.
Merci d'être venus si nombreux régater en Belgique depuis plus d'un tiers de siècle !
Mon (vieux) site Web personnel - Les pages de mon Micro -
Quelques pages techniques Micro - Mes dernières aventures océaniques

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 02 avr. 2007 23:02

Oui, mais faut-il pour autant laisser les autres séries séduirent les uns après les autres les microistes et autres jeunes issus du dériveur sans rien faire ? Lorsque la filière du dériveur passait du vieux 420 au micro, celui-ci faisant preuve de modernité. Aujourd'hui, un jeune qui sort d'un Philéas ou Laser 2000 va-t'il choisir un Neptune ou un Microsail pour courir, même un l'Arte ou un Bobsail, quand on lui propose en même temps un Open 5.70 ou 5.00 ?

Faut savoir réagir à temps pour rester, au moins en partie avec les protos, aux avant-postes de la compétition et ne pas disparaître à petit feu.

Mais, je suis d'accord avec toi, faut être prudent et modifier juste le nécessaire. Il y aura toujours du monde pour courir sur des Neptunes ou de Microsails. Mais ce ne sont pas ces séries qui vont attirer les prochaines génrations de régatiers.
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Avatar du membre
Phil de Troy
Messages : 3424
Enregistré le : 24 déc. 2003 0:38
Prénom : Philippe
Bateau : Micro Proto Shanta
Localisation : Seneffe (BEL)
Contact :

Message par Phil de Troy » 02 avr. 2007 23:36

La concurrence avec l'Open 570 est un problème spécifiquement français.

Y en a bien un à la Plate Taille, contraint de se battre contre des Micros au handicap, et s'il faut payer plus cher pour courir à armes plus ou moins égales,... le gars préfère s'amuser tout seul dans son coin.

PAr contre, mais les Français (les Belges aussi d'ailleurs) n'en profitent pas vraiment, il y a la possibilité de visiter une bonne partie de l'Europe... et de rencontrer chez soi (quand on les accueille correctement) les équipages des autres pays.
Merci d'être venus si nombreux régater en Belgique depuis plus d'un tiers de siècle !
Mon (vieux) site Web personnel - Les pages de mon Micro -
Quelques pages techniques Micro - Mes dernières aventures océaniques

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 03 avr. 2007 10:01

Phil, tu as raison mais il y a un détail qui a son importance : le prix excessif de l'Open 5.70.
Il est normal que Philéas ne vende pas à perte un produit qui plait et dont le prix de vente élevé s'entend par le fait que c'est Hoby Cat qui en tire les bénéfices. Si je produit un micro, ce ne sera pas dans cette philosophie. Il est d'abord important de relancer la série en mettant à disposition des bateaux performants et ludiques pour pas cher.
Ne pouvant pas monter un chantier sur des bases non conventionnellement lucratives, je commence par un autre voilier qui va me permettre de créer ma trésorerie. Dans un deuxième temps, je lance le micro à prix plancher et le programme de régates fermées qui va avec, avec l'appui d'un sponsor qui couvre la flotte.
Cela me laisse le temps de réaliser le proto de ce micro, de le fiabiliser, de l'optimiser et de le faire connaître. Ceux qui voudront en acquérir un de cet version pourront le faire dès le lancement.

Si je gagne au loto d'ici là, je sauterai des étapes ... Mais je ne peux pas faire plus vite que la musique.

Dans la version "proto monotype" et en régates fermées organisées par mes soins, je mettrai des micros modifiés si cela peut me permettre d'en augmenter l'atrait. Du genre foc maxi latté à gros rond de chute, gv full batten, spi assymétrique, double safran. Mais je ne toucherai pas à ce qui fait un micro dans ces grandes règles : longueur, largeur, poids, stabilités, habitabilité, flottabilité, nombre d'équipiers, tirant d'eau, prises de ris, nombres de voiles embarquées, armement ... Le but est de moderniser le bateau sans sortir de sa nature première. C'est pour dix bateaux : 30 voiles sponsorisées, 20 safrans relevables et 10 tangons spéciaux avec ses poulies. C'est relativement faible en coûts pour ne pas être tenté. Il est vrai que je simplifie la jauge au passage en ne calculant plus la surface de chaque voile mais en fixant des limites maxis sur les grandes côtes : P, E, têtière, longueur de lattes maxi, nombre de lattes libre ... Bon, tu connaîs mieux tout ça que moi. Les mâts carbone sont bien suffisants pour supporter tout ça. Faudra sûrement recruter des équipiers de bon gabarit. Il me sera possible de faire des essais et de trouver éventuellement de nouvelles formes de voiles pour gagner en vitesse d'une année sur l'autre, toute le flotte se retrouvant avec ces nouvelles voiles strictements identiques pour les régates fermées. C'est un parallèle à la régate micro qui n'a pas pour objet de remplacer les micros existants mais qui doit servir à faire connaître de nouveau cette série.
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Avatar du membre
Phil de Troy
Messages : 3424
Enregistré le : 24 déc. 2003 0:38
Prénom : Philippe
Bateau : Micro Proto Shanta
Localisation : Seneffe (BEL)
Contact :

Message par Phil de Troy » 03 avr. 2007 11:25

On dirais que tu es en train de réinventer le YORC 550...

Les dimensions de coque et les contraintes de la régate en Micro font que tu ne peux pas espérer un gain énorme en performances sans rééquilibrer tout... Plus de toile = plus de plan antidérive, plus de rappel. Et si tu gonfles surtout la GV, tu recules le CV donc du dois aussi agrandir plus les safrans que le dérive.

Là où tu pourrais gonfler le bateau sans crainte, c'est en adoptant un asymétrique à 30 m²
Merci d'être venus si nombreux régater en Belgique depuis plus d'un tiers de siècle !
Mon (vieux) site Web personnel - Les pages de mon Micro -
Quelques pages techniques Micro - Mes dernières aventures océaniques

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 03 avr. 2007 11:55

Je n'ai pas l'intention d'aller aussi loin que le York qui n'est plus un micro i lme semble : poids, stabilité notamment. L'évolution doit s'inscrire dans un cadre plus stricte afin d'éviter les dérives trop fortes. Il n'est pas question d'autoriser des lattes de GV trop grandes permettant des ronds de chutes insensés ou des livardes. Mais il faut qu'il reste des possibilités d'améliorations certaines, des pistes de recherche et d'évolutions. L'équilibre entre innovations et dérives est bien au coeur du problème. La classe Mini l'a bien encadré et elle a sut en tirer des bénéfices en termes d'images et de notoriété. Je pense qu'une classe proto digne de ce nom doit s'en inspirer, au risque de devenir une classe déchirée entre l'intérêt qu'apporte les nouveautés et l'envie de bloquer l'évolution de ceux quiont les meilleures performances et résultats aujourd'hui ... Je ne suis pas intéressé par une classe dite prototype si elle interdit tout développement.

Mais le York, je le laisse tranquille. Le chantier va garder sa niche, je ne vais pas m'y attaquer.
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Avatar du membre
Phil de Troy
Messages : 3424
Enregistré le : 24 déc. 2003 0:38
Prénom : Philippe
Bateau : Micro Proto Shanta
Localisation : Seneffe (BEL)
Contact :

Message par Phil de Troy » 03 avr. 2007 12:07

La classe Mini a dû faire des marches arrières sérieuses par la voie des Règles de Classe pour ne pas être débordée...
Et notamment
  • limitation conjointe du tirant d'eau et de la hauteur du mât
  • limitation de la longueur de la bome
  • interdiction de l'espar carbone, avec imposition de poids correcteurs pour les mâts existants
E réaction bien entendu, tendance à introduire les ronds de chute extrêmes.

Vouloir autoriser les mêmes ronds de chute chez nous est aberrant, parce que nos limites sont différentes, les minis essaient de mettre le max de surface dans un rectangle de dimensions déterminées, nous devons inscrire une voile de dimensions limitées dans une espace illimité...Donc pour nous, le seul objectif doit être la recherche de la voile la plus efficace.
A noter quand même que, pour les croiseurs, le full batten, ou au moins la grande têtière, permettrait de "contourner" la limitation de hauteur du gréement. La limtation de hauteur ne semble pas être un obstacle, puisque même les protos ont des GV enrant dans ces limites.
Merci d'être venus si nombreux régater en Belgique depuis plus d'un tiers de siècle !
Mon (vieux) site Web personnel - Les pages de mon Micro -
Quelques pages techniques Micro - Mes dernières aventures océaniques

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 03 avr. 2007 12:35

Il n'y a pas de secrets, nous avons les mêmes problèmatiques. En limitant des mesures maxi (P et E essentiellement plus éventuellement une mesure maxi à mi-hauteur de guindant par exemple) et en imposant des règles simples comme la longueur maxi des lattes, on limite la surface maxi des voiles.
Par rapport aux Minis, j'aurais aimé que l'on continue à privilégier l'innovation à pas cher plutôt que des constructions hors de prix : en n'autorisant que des matériaux pas chers (polyester verre) et l'alu pour les mâts (du moins jusqu'à ce que les mâts carbones soient à un prix réellement abordables) nous aurions probablement plus de bateaux neufs chaque année et donc plus de concurrents. Avec l'économie faite sur les matériaux, nous pourrions innover en autorisant une voile d'avant légère de 9 m² et un spi assymétrique de 30 m² qui nous donneraient vitesse et image moderne. Au prix de la construction carbone ...

J'ai un peu peur que si nous ne faisons rien, nous allons finir avec 5 ou 6 bateaux capables de gagner la microcup et que nous allons finir comme les half-ton ...

Mon programme reste un programme parallèle aux régates officielles qui peut y être intégré au bon vouloir des dirigeants de la classe en créant une nouvelle claase du type "Micro évolution". Pour ma part, mes bateaux seront en construction traditionnelle avec un bulbe suffisant en bout de quille pour palier au poids de construction de la coque ert du pont. C'est une solution qui a ses limites mais qui reste financièrement correcte.

A noter que ces bateaux, sans aucunés transformations et avec des voiles traditionnelles sont tout à fait utillisables en régate micro classique.
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Avatar du membre
Phil de Troy
Messages : 3424
Enregistré le : 24 déc. 2003 0:38
Prénom : Philippe
Bateau : Micro Proto Shanta
Localisation : Seneffe (BEL)
Contact :

Message par Phil de Troy » 03 avr. 2007 13:02

Y a pas de secrets non plus, notre atout doit rester le bateau à prix raisonnable, du moins pour l'entrée dans la classe.

J'aurais bien voulu, il y a 10 ans, interdire tous les matériaux de coque sauf les traditionnels (ferro-ciment, acier, alu, bois, et verre-polyester) de même que les espars carbone pour les croiseurs, autoriser un peu plus, pas trop, pour les Régate, mais une nation au sud-ouest de la mienne m'a fait comprendre que personne n'essayerait jamais ces matériaux sur des bateaux de série, il était inutile de légiférer. Avec des procédures d'adoption d'une règle qui prenaient 4 à 8 ans à l'époque, on n'a rien pu faire lorsque ces matériaux ont quand même été introduits...

Mais le gain avec ces matériaux est peu significatif. En 1999, la MC a été remportée par un L'Arte pas trop carboné (l'actuel bateau de Frolov), équipé d'un Z-145, contre des mâts carbone sur POL-50 (l'actuel GER-54) et Grivel).

La dépense ne se justifie dès lors que si on a au préalable atteint le seuil du podium avec une bonne construction conventionnelle.

Pour ton projet, je resterais sur l'idée d'un safran (parce que c'est une pièce chère et 2 safrans c'est 2x cher), et si mât carbone, prendre l'option modeste du mât pultrudé économique avec renforts locaux par manchons collés et tête de mât manchonnée, encore que... Nereid, Skorpions, Solo ont un profil non rétreint.
Merci d'être venus si nombreux régater en Belgique depuis plus d'un tiers de siècle !
Mon (vieux) site Web personnel - Les pages de mon Micro -
Quelques pages techniques Micro - Mes dernières aventures océaniques

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 03 avr. 2007 20:26

Voila qui montre bien que l'on peut se passer de matériaux onéreux quand on a un bon dessin et un bon équipage qui tire les bons bords. Au moins, ce n’est pas cher et ça peut séduire les jeunes régatiers peu fortunés. Pour les mâts, les constructions en pultrudées me semblent bien adaptées. Il faut résoudre le problème de popage de la gorge qui tend à sauter avec le temps. Il me semble tout de même que Nereid que j'ai vu ce WE a un mât rétreint, mais je n'en suis pas sûr.

Pour les safrans, je pense faire d’abord un essai avec un safran classique, mais vu le plan « spécial » à un bouchain que je prépare (pour voir), je risque de devoir utiliser 2 safrans pivotants que j’emprunterai au catamaran de sport … Si je peux m’en passer, ce sera avec plaisir. Faudra essayer.

J'ai réduit considérablement la largeur du pont (2m) et de la flottaison (1.4 m) mais j'ai gardé les lignes d'eau extrèmes (fer à cheval) que j'avais dessiné. Avec de bons bancs et un équipage plutôt lourd, je devrais pouvoir bien marcher.
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Avatar du membre
ROBERT Renan NED17
Messages : 1668
Enregistré le : 13 mars 2004 17:23
Bateau : Neptune 550 et Arte
Localisation : Pays-bas
Contact :

Message par ROBERT Renan NED17 » 03 avr. 2007 20:42

Frank B. dit :en n'autorisant que des matériaux pas chers (polyester verre) et l'alu pour les mâts (du moins jusqu'à ce que les mâts carbones soient à un prix réellement abordables) nous aurions probablement plus de bateaux neufs chaque année et donc plus de concurrents.
C'est faux!

Les classes francaises de micro qui ont des regles de classe tres concervatives, ont des productions tres limitees.

Les classes plus ouvertes qui autorisent tout ce qui est autorise, proliferent et proposent des bateaux largement plus atractifs a un prix moindre mat carbone en plus!

Tu savais surement que (le meilleur Neptune allemand) Francis Marx voulait vendre son neptune racer pour un croiseur en laiton plus rapide...

Ps : on trouve des OPEN 570 d'occase au prix d'un arte d'occase.
:shock:
Si t'affales t'es un lache!

Avatar du membre
MisterBed
Messages : 572
Enregistré le : 08 juil. 2005 13:01
Prénom : BRUNO
Bateau : Professeur en Lycée Professionnel
Maintenance navale et menuiserie.
Localisation : GUJAN MESTRAS (33)
Contact :

Message par MisterBed » 04 avr. 2007 20:59

C'est faux et pas faux en même temps.
Maintenant que j'ai fait mon normand, je m'explique.

Si en 1977, la jauge avais autorisée tous les matériaux high tech, il y aurait eu un nombre indéfinissable de micros neufs au départ, dans la tradition de l'IOR et de ses protos construits pou rcourir une unique saison, et encore, quand ils n'étaient pas construits pour une demi-saison.

Mais, à l'instar des quaters, half et autres one et two tonners, leur construction aurait atteint des sommets et la classe aurait connu comme les autres une diminution inexorable jusqu'à son remplacement par une série simple et au style moderne, connue sous les noms de Figaro, Class 8, Pogo et j'en passe.

Pour le micro, un truc genre open 18 aurait bien vu le jour à cette période.

Nous sommes encore vivants aujourd'hui grâce à la clairvoyance de quelques journalistes qui ont su créer une jauge plus humaine (financièrement s'entend, je me comprend)

Depuis quelques années, nos avons ouverts la jauge et laissé rentré le fils du loup dans la bergerie et nous allons (Naustradamus l'avait prédit NDLR) connaître la même histoire que les autres si nous ne réagissons pas. Pour l'instant, nos sommes sauvés par les séries Régates qui restent le gros de la flotte et le support de la pérennité de la Classe Micro. Voir aussi grâce aux croiseurs tels que les Edel sur les régates locales ...

L'Open 5.70, au même prix d'occasion qu'un l'Arte (Merci Renan) est déjà sur le marché, à guetter le jeune régatier ou l'ancien coureur en dériveur. Il chasse sur nos terres (nos plans d'eau ndlr) et nous le regardons sans prendre la mesure du danger qu'il représente pour notre flotte.

L'Open 5.00 prendra les indécis qui n'ont qu'un équipage de 2 ...

Je vais prendre un poste à responsabilité dans un chantier dans quelques semaines, les productions sont faites à l'unité, en strip planking ou en carbone cuit sous vide. Je vous dirai dans deux mois ce qui coûte le moins cher, et combien de bateau sortent en polyester traditionnel, en bois ou en carbone high tech ... Mais je doute que l'ont puisse faire figurer sur une ligne de départ autant de bateaux carbone que de constructions traditionnelles.

Je préférerais voir plus de micro cup à 100 bateaux que de micro cup à 25 participants, sans compter les participations aux régates locales ... qui sont les plus nombreuses.
Simples et rapides : naviguez en MICRO !

Répondre